Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lysao

  • Critique de Juste la fin du monde

    Loin de la maturité

     

    JUSTE LA FIN DU MONDE – Xavier Dolan

    Avec cette adaptation de la pièce homonyme de Jean-Luc Lagarce, Xavier Dolan passe à côté de ses nombreuses intentions et signe un lourd échec. Le film est définitivement boursouflé de défauts, accablé par des problèmes de rythme et une mauvaise direction d'acteur. L'échec est d'autant plus retentissant qu'il contredit la volonté du jeune cinéaste, à savoir d'accéder à la maturité avec ce film.

     

    Lire la suite

  • Critique de Maurice (James Ivory)

    A la recherche du désir perdu

     

    MAURICE (1984) – James Ivory

    Les premiers plans de Maurice renvoient au cinéma de David Lean et à son romantisme des grands espaces et des silhouettes diluées dans le plan. James Ivory partage avec Lean le romancier dont ils tirent chacun, et la même année, un film sur les complexités du désir écartelé par les conventions sociales. Désir expatrié dans un pays exotique pour l'un, qui signe à la fin de sa vie le poétique A Passage To India ; désir infiniment ancré dans la culture britannique pour le second, qui s'attache au tabou de l'homosexualité dans les années 1920. L'ancrage, chez Ivory, sur le continent et une poignée de lieux symboliques, fait des atmosphères de Maurice un romantisme plus intime, moins éclatant que celui du grand maître, mais tout aussi poignant.

     

    Lire la suite

  • Critique de Toni Erdmann

    Une absurdité à double-tranchant

     

    TONI ERDMANN – Maren Ade

    Parce qu'il navigue sans cesse entre la comédie et la mélancolie, entre la farce, le grinçant et la violence des sentiments, Toni Erdmann vogue sur des tons multiples et une sensation diffuse d'éparpillement. L'ambition de ce film à la lisière de deux tons déploie certains moments d'anthologie, revigorants par leur cynisme à l'égard des absurdités de la société actuelle. Cependant, cette ambition échoue aussi à marquer les esprits, notamment parce qu'elle manque de soutien de la part de la mise en scène, volontiers souple et invisible, mais parfois sans force.

    Lire la suite

  • Lussas 2016

    ETATS GENERAUX DU FILM DOCUMENTAIRE DE LUSSAS

     

    Après le Cinéma du Réel à Paris, j'ai eu le plaisir d'assister à une grande manifestation du cinéma documentaire en France, et ce dans un cadre les plus apaisants qu'il soit. Non compétitif, surtout là pour permettre la mise en place d'échanges et de projets autour de la production, Les Etats Généraux du Film Documentaire respirent d'une décontraction bienvenue en tant que festival. Situé dans le petit village de Lussas en Ardèche, l'événement rassemble beaucoup de jeunes passionnés et des professionnels, mais aussi des touristes et les habitants du coin. En cela, il révèle une certaine convivialité assez rare pour un festival de cinéma et propose des projections populaires plaisantes, comme le cinéma en plein air du soir, en plein terrain vague sous la voie lactée.

     

    Lire la suite

  • Un été blockbuster 2016


    Un été 2016 de blockbusters

     

    Comme chaque été, une partie de mes séances sont des sorties pop corn, sorties faciles mis qui soulèvent une certain curiosité quant aux superproductions dans le cinéma d'aujourd'hui. Comme toujours, ce sont principalement les suites de franchises, récentes ou nouvelles ; ou encore les remakes et adaptations de comics ou romans populaires. Après X-Men, c'est à présent la nouvelle trilogie Star Trek qui se conclue ; tandis que le trentenaire Ghostbusters revient en force féminine sur les écrans. L'été 2016 n'inverse malheureusement pas la tendance nostalgique d'un reboot constant, effrayé par la création originale.

    Cette année, il était néanmoins plaisant de voir accueillir dans les salles une originalité coréenne, gros succès dans son pays, parmi les films d'action ou de super-héros hollywoodiennes. Cet exemple comme d'autres il y a quelques années – le deuxième volet de Detective Dee en 2014 – montre un peu de résistance dans la distribution et laisse espérer pour les prochains étés plus de variétés internationales. En outre, le film de Sang-ho Yeon s'est montré fort plus efficace et revigorant que d'autres productions américaines.

     

    Lire la suite