Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Entre les Murs le livre

ENTRE LES MURS – François Bégaudeau - Folio Gallimard

murs.jpg 

Alors que le film s'avérait être un véritable ravissement, le roman reste une grande déception. Racontant le quotidien de Bégaudeau enseignant dans un collège classé ZEP, Entre les murs s'appuie sur un style d'écriture peu travaillé. L'auteur tente de mixer le langage juvénile, oral à celui des classiques tournures françaises. Cependant, le langage courant prime tout au long du récit, s'appuyant sur quelques jeux de mots hasardeux et ne restituant pas la drôlerie des tournures de ces adolescents, la déformation que subit notre langue française (ce qui se retrouve en revanche dans la diction des élèves du film). Le style reste plat, certes facile à lire, rythmé mais manquant de force dans ses impulsions. Bégaudeau a voulu s'appuyer sur l'oral vif et scandé de ses élèves mais il n'en restitue pas le plus important, c'est à dire le dynamisme.

De plus, le plus déplaisant reste le portrait dressé de ce collège. Alors que le film respirait d'optimisme, le roman s'enlise dans les plaintes de ces professeurs, qui semblent n'éprouver aucun sentiment, aucun plaisir d'enseigner. De même, Bégaudeau dépeint en permanence son agacement intérieur face aux questions compromettantes posées par ses élèves. Ceux-ci sont systématiquement décrits par le biais de leur physique ou leur accoutrement (boucles d'oreille, slogans des Tee-shirts...) , comme s'ils n'étaient que des « figures caricaturées » de la jeunesse actuelle. Ces élèves, pour résumer grotesquement mon impression, semblent peu vivre sous la plume distante de Bégaudeau. Cette différence flagrante face au film prouve bien que ce dernier résulte de la vision de Laurent Cantet, et non celle de ce professeur, vision nettement plus audacieuse, optimiste, chaleureuse.

Autre critique : Entre les murs de Laurent Cantet

Les commentaires sont fermés.