Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ouverture de saison TGP 2011

OUVERTURE DE SAISON 2011-2012

du THEATRE GERARD PHILIPE de Frouard

tgp2.jpg 

Malgré la monstrueuse Nuit Blanche de Metz qui affichait ses couleurs jusque dans les métros de Paris, le Théâtre Gérard Philipe, d'une manière moins phénoménale, mais tout aussi classe, inaugurait sa nouvelle saison le 30 septembre 2011. Saison qui n'a jamais autant revendiqué son rôle de diffusion des arts de la marionnette et des formes animées, ainsi que la richesse de ses propositions envers un public de plus en plus nombreux, comprenant déjà de nombreux fidèles. La prochaine édition du festival Géo Condé, en avril 2012, incarne bien cette volonté, promesse d'une foule de spectacles toujours surprenants et prenants, succédant à l'émotion déjà divulguée par Les Anges au Plafond avec Au fil d'Oedipe, Neville Tranter avec Vampyr,  deux ans auparavant (voir compte-rendu du festival 2010)

ET le TGP fête ses 40 ans d'existence cette année ! La célébration s'ouvre tout d'abord avec cette très belle exposition de photographies, où de spectateurs de tout âge et tout sexe se sont prêtés au jeu de l'imitation, posant à la manière de Gérard Philipe entouré de Micheline Presle et Ginger Rogers dans une de ses célèbres photographies. On peut reconnaître des habitués du théâtre ou des artistes, s'inspirant des poses des acteurs tout en leur insufflant un air de fantaisie.

EXPOGERARDPHILIPE.jpg

En outre, la commémoration était bien évidemment honorée par la Soupe Cie, qui entame sa troisième et dernière de résidence au TGP. Avec l'équipe, les fanfarons fantaisistes, délurés et poétiques de cette Cie avait « concocté » de multiples surprises musicales ou visuelles, scandant les différents moments de présentations de spectacles de la saison. Pauses ludiques ou poétiques, allant de la lente descente divine d'une marionnette depuis le plafond, à des performances musicale set buccales hautement impressionnantes, en passant par une relecture « adulte » et déjà culte de Maya l'Abeille... sans oublier la magnifique pièce montée constituée de friandises amenée sur la scène à la fin de la soirée, travail minutieux de cinq jours que le public, nombreux, a dignement salué par sa dégustation...

 

Les commentaires sont fermés.