Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Margin Call

    MARGIN CALL – JC Chandor 

    margin-call-affiche.jpg

    Margin Call nous dresse un portrait inquiétant du monde de la finance à travers les transactions des traders, quelques heures avant l'effondrement de Wall Street.

    Le film dresse avec subtilité, dans la droite lignée de tous ces films politiques américains efficaces et excellemment bien écrits, cette lente descente aux enfers. « It's like a dream » confie le personnage joué par Simon Baker, quelques heures avant l'écoulement total des fonds et l'explosion du marché, volontairement déclenchée. Huis-clos intense mené à coups de réunions improvisées, de longs débats, de contemplations de la ville nocturne, de rencontres dans les ascenseurs, Margin Call prend son spectateur aux tripes grâce à une formidable sobriété, où la dramaturgie s'avère discrète, évoluant lentement mais puissamment vers le désastre virtuel. Le discours et les mots n'ont cesse de métaphoriser cette calamité fondée sur des transactions virtuelles engendrées depuis des années : injures chez certains (les personnages de Jeremy Irons, Paul Bettany ou Simon Baker) ; explications prudentes chez d'autres (les jeunes têtes comme Zachary Quinto) ; angoisse indescriptible avec le personnage complexe de Kevin Spacey. L'intrigue ouvre de plus la porte à une série de protagonistes à la psychologie subtile, interprétés par d'excellents acteurs : Kevin Spacey, révélant au fur et à mesure une humanité écrasée par l'appât de l'argent et le puissant sentiment d'échec ; Zachary Quinto brusquement promu par le fait du hasard ;Penn Badgley, cas typique de la jeune tête en plein essor perdant brutalement toute sa carrière ; Paul Bettany, profiteur total méprisant le monde ; Jeremy Irons, effrayant par son pouvoir de décision et ses actes de manipulation affichés avec un naturel confondant ; Simon Baker, que j'espère voir promu à une carrière dans le cinéma, d'une belle cruauté dans son interprétation du jeune chef ; et enfin Demi Moore, unique personnage de femme brisée qui montre la présence d'un certain machisme dans ce milieu. 

    margin_call604-604x402.jpg