Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

The Avengers

THE AVENGERS – Joss Whedon 

avengaff2.jpg

Explosant au box-office, The Avengers s'affiche comme un film pléthorique : accumulation de stars super-héros, large contribution aux effets spéciaux et aux idées scientifiques les plus folles, bande sonore épuisante et sur-amplifiée, clins d'oeil honorables et abondants aux références du genre... Il faut dire que The Avengers relève le pari de réunir certains des plus grands super-héros de Marvel, en espérant garder un équilibre total sur tous les plans. De fait, le film a pu décevoir certains, certains personnages s'avérant moins croustillants que d'autres, avengcombat.jpgtel Loki, le « grand méchant » aux raisons de vengeance un peu futiles, ou Captain America, assommant par sa soif de patriotisme. Cependant, le film réussit à bien répartir les psychologies et, à mon sens, à satisfaire dans son intention de construire un récit autour de figures très différentes. Une bonne partie du film remplit efficacement son contrat, à grands renforts de rebondissements, de joutes tout aussi sportives que verbales entre les héros (le fabuleux combat à trois dans les vois de Thor, Iron Man et Captain America), d'effets spéciaux éblouissants (le très impressionnant vaisseau volant)... Cependant, la dernière partie se complaît dans un conventionnelle sauvetage du monde dans le quartier de Manhattan, détruit avec grand plaisir. Ici, la pléthore atteint son comble et malheureusement sa saturation, la surcharge d'effets, d'angles virtuoses, de mouvements et de texture sonore éreintant le spectateur, ne faisant plus profiter de l'alchimie qui régnait entre les Avengers. C’est au final bien plus les séquences de division et de conflits entre les super-héros qui amusent et créent l'intérêt : on y aperçoit les défauts et les nuances des personnages, Joss Whedon s'amusant à créer des pairs improbables. La dignité et la puretéavengruffalo robert.jpg farouches de Steve Rogers se heurtent à l'égoïsme désabusé de Tony Stark, Thor apprécie se moquer des ambitions humaines, l'agent Natasha (Scarlett Johannson) apparaît curieusement sensible dans son rôle de la Veuve Noire, et très effrayée par Banner et Stark. Ces deux derniers forment par ailleurs la paire la plus explosive du film, à tel point que beaucoup de fans auraient voulu les voir figurer plus souvent. Mark Ruffalo campe en effet un docteur Banner bien plus honorable et intéressant que ses prédécesseurs, plein de timidité et de réserve, en véritable contraste complice avec Tony Stark-Robert Downey Jr, fidèle à son charisme légendaire. 

Commentaires

  • Un film de super héros donc ! ;)
    Je l'ai pas encore vu mais étant quelqu'un qui apprécie pas mal le genre, je pense que j'aimerais bien.
    Bon après pour le patriotisme de Captain America je pense qu'on peut rien y faire ... Déjà avec un nom comme ça ... X) Après moi j'ai vu le film Captain America et j'avais était agréablement surprise du fait que c'était pas trop dans ce cliché lourd du "L'Amérique on est les meilleurs !"
    Enfin encore merci pour cet écrit. =)

Les commentaires sont fermés.