Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Master Class Lambert Wilson

    MASTER CLASS LAMBERT WILSON AU FORUM DES IMAGES

    mastercl.jpg

    Menée par Pascal Mérigeau, journaliste attentif et patient, la Master Class du Forum des Images revenait sur le parcours de Lambert Wilson, doublement à l'écran avec Ernest et Célestine et Alceste à Bicyclette. L'unique regret de cette agréable master class reste l'omission totale du formidable travail de voix effectué par Wilson sur le film d'animation de Muteau, Patar et Renner. Un oubli peut-être dû au temps limité, mais qui donne l'image d'écarter à tort le travail de doublage, pourtant essentiel et révélateur du talent d'un comédien.

    bouche.jpg

    Au-delà de ce manquement, le reste de la master class revenait sur le parcours de Lambert Wilson qui, chose amusante, ne se cacha pas que son désir d'acteur fut déclenché avant tout par un désir de reconnaissance narcissique. La sincérité de l'acteur fut en effet ce qui porta les propos délivrés à un public nombreux, car Wilson ne se déroba jamais des questions parfois très dirigées de Pascal Mérigeau. Nombreux thèmes furent abordés, comme le rapport à son père, Georges Wilson, le rapport au théâtre, à ce que supposait la vie d'acteur comme l'acceptation d'être dans des rencontres passionnantes, mais toujours fugitives, la relation avec des grands metteurs en scène comme Resnais ou Tavernier... Les extraits choisis par Mérigeau reflétaient la diversité physique et vocale de Lambert Wilson – des accents exagérément frenchy de Matrix au langage posé et grave des Hommes et des Dieux, en passant par le français du 16ème siècle de la Princesse de Montpensier, ou encore les vocalises de Pas sur la Bouche – et aboutissaient toujours à des anecdotes croustillantes.

    hommes.jpg

    Le choix de Lambert Wilson pour une master class au Forum des Images s'est ainsi révélé fort intéressant, puisque la carrière de l'acteur s'est toujours constamment déplacée d'un cinéma classique à un cinéma commercial, ou du drame à la comédie, de productions américaines à françaises, des planches aux plateaux, donnant un panorama original d'un singulier parcours d'acteur.