Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pétrole

  • There Will Be Blood

    Noirceur de la richesse et du pouvoir 

    THERE WILL BE BLOOD – Paul Thomas Anderson

     

    1096598700.jpg

    Seul, au fond de la mine, à travers les ténébres du sol et l'ambiance dorée des faibles rayons du soleil, un homme travaille ardemment, tous ses sens en ébullition. La première séquence suffit pour définir l'ambiance âcre et l'esprit machiavélique et brute du film, fresque historique et psychologique d'une Amérique en train de se bâtir par la soif de richesse et la manipulation. There will be blood s'impose incontestablement comme un chef d'oeuvre du domaine cinématographique américain et subjugue le spectateur durant deux heures quarante (durée phare des « grands » films américains de ces temps-ci). 

    Jamais les grosses productions provenant des Etats-Unis n'avaient proposé un tel renouveau, de telles interrogations, audace et précision durant ces six derniers mois. Alors que le cinéma français ne dsitribue avec largesse dans nos salles que de grostesques comédies ou d'histoires sentimentales peu originales, blindées de célébrités (la plupart n'ayant aucune expérience dans le domaine cinématographique), son grand rival américain est capable d'engager, malgré la censure des grandes firmes productives, des débats politiques, sociaux et économiques, ancrés dans l'alarmisme actuel de leur pays, mais ne négligeant pas le « grand spectacle », le sensationnel de leurs films.

    1727762140.jpg

    Après des auteurs reconnus (Steven Soderbergh, les frères Coen, Clint Eastwood...) ou d'autres en pleine ascension (Paul Haggis, James Gray, Stephen Gaghan, Andrew Dominik...) ayant apportés depuis quelques temps un souffle particulier et fort sur nos écrans, Paul Thomas Anderson récidive avec un tableau sombre et âcre de l'Amérique, déjà auréolé par de nombreux critiques européens. L'intrigue, décrivant l'éloge du pouvoir et de la folie, agrémentée de personnages shakespeariens, se déroule dans des décors proches du surnaturel par leur luminosité et leur sécheresse. Ces paysages impressionnants d'immensité et pourtant piégeant les protagonistes, tout en les sublimant, trouvaient déjà leur écho dans No Country for Old Men (les frères Coen), Into the Wild (Sean Penn) ou encore L'Assassinat de Jesse James...(Andrew Dominik).

     

        448171913.2.jpgAlors que l'or noir de Stephen Gahan dans Syriana était géré à coup de corruption et d'hypocrisie politique, celui de There will be blood se transcrit dans le grondement sourd de la terre, et n'est pas dénué de violence. La menace transperce en permanence l'écran, sans même être sûr qu'elle provient bien du pétrole, ou plus de l'acharnement du personnage principal, Daniel Plainview. Certaines scènes nous portent à bout de souffle et nous crispent sur le fauteuil (tout comme les fusillades de No country for old men), sans savoir d'où parvient le suspense et l'halètement général. Notamment la très longue course de Daniel Plainview avec son fils dans les bras, lors de l'explosion, absolument saisissante. La musique fascinante et effrayante de Radio Head apporte beaucoup à cette ambiance menaçante et ombrageuse de l'industrie du pétrole. De même, la cruauté de l'histoire tire parti de la folie aberrante et la tenacité du prospecteur de pétrole et de la brutalité psychologique représentée à travers les personnages. Aucune lueur d'espoir ne transparaît, et chaque geste d'excuse ou de gentilesse esquissée ne s'avère qu'une illusion. There will be blood est empreint d'une noirceur impitoyable, entraînant les protagonistes vers un destin fatal (notamment le final inqualifiable), sans pour autant les dévaloriser ou insister sur leur méchanceté. Cette noirceur est augmentée par le fait que le film ne comporte aucun personnage féminin.

    633993643.jpg

    There will be blood présente aussi un travail sur la construction de l'Amérique, s'articulant sur deux pans, à savoir la richesse (économique, provenant du pétrole) et la religion. Ces deux thèmes polémiques se manipulent l'un et l'autre, se détruisent et s'allient l'un et l'autre. Cette confrontation osée passe par le biais des deux personnages principaux, celui du prospecteur et celui du prêtre, entre lesquels se noue une relation ambigüe. Si leurs caractères et leurs idéologies s'opposent, ils n'ont que le but commun d'accéder au pouvoir, à la suprématie, ne s'atteignant que par leur alliance. Le prospecteur a pour tâche de concrétiser la chose, grâce aux esprits dominés par le prêtre.

     1802673424.jpg

    A l'ascension de ces deux personnages répond le frêle fils de Daniel Plainview, H.W. Plainview, se présentant d'abord comme unsuppléant du prospecteur. Cependant, l'accident qui lui arrive, à savoir sa surdité, semble l'amener à s'opposer au caractère manipulateur de son père, comme si le monde assourdi et vertigineux dans lequel il était plongé (très bien représenté par des effets sonores et des plans ralentis) lui ouvrait les yeux sur les actions construites autour de lui, ou l'avait convaincu à s'imposer, réduisant une fois de plus à néant la notion d'espoir dans le film.

    L'écorchement psychologique et physique des protagonistes tient évidemment beaucoup des interprétations. Daniel-Day Lewis, magistral, incarne avec ambigüeté et mystère cet homme imposant et tenace qu'est Daniel Plainview. Face à lui ne s'efface pas, au contraire, l'excellent Paul Dano, aussi à l'aise dans les rôles d'ados perturbés (Little miss Sunshine) que dans celui de prêtre illuminé. En effet, le jeune Paul Dano, avec son visage intimidé, surprend dans sa composition d' Eli Sunday, religieux s'enflammant facilement et ne manquant pas de cynisme sous ses bonnes manières (à ne pas manquer : ses prêches très animés et surtout le final). De plus, le troisième personnage, le plus risqué, le plus sujet à la caricature, est interprété brillamment par un tout jeune inconnu, Dillon Freasier (dont on ne parle pas assez, par ailleurs), à la fois pitoyable et inquiétant, dans le rôle du fils.

     

    1981367666.jpg

    There Will Be Blood, ainsi, est le chef d'oeuvre attendu, surprenant mais aussi très effrayant.